Petit aperçu des plages de la Golden Bay du parc Abel Tasman à la pointe nord ouest de l’île du sud. La particularité des plages qui longent cette côte est que le sable est plus ou moins orange, ce qui donne un effet assez particulier au paysage environnant, en particulier au coucher du soleil. Des randonnées de plusieurs jours permettent d’atteindre des plages inaccessibles en voiture, ce qui fait du parc Abel Tasman un des endroits les plus sauvages de la nouvelle Zélande. Un superbe hommage moderne rendu à l’art tribal du peuple Maori. Les Maoris occupent la partie polynésienne appartenant à la Nouvelle Zélande, en pleine Océanie. Voisine de Tahiti, ces îles sont peuplées de quelques 250000 personnes. Leur art ancestral s’exprime souvent au travers de totem ou de piliers gravés. Cet artisanat, d’une grande qualité esthétique, peut être d’origine usuelle et parfois d’origine rituelle. Petit souvenir de notre journée de Noël dans les Catlins, région la plus au sud de l’île du sud. Le bush et sa superbe végétation derrière nous, la plage et les dauphins devant, quelle étrange sensation pour un réveillon. . . Avec un peu de patience on peut même apercevoir des Hoihos, sorte des pingouins aux yeux jaunes. La forêt environnante autorise des trekkings magnifiques où l’on peut apprécier les différentes espèces d’oiseaux de la Nouvelle Zélande. Une autre vue paradisiaque d’une autre île de l’archipel des îles Cook. Situé au nord-est de la Nouvelle Zélande, il est voisin de Tahiti. Quelque soit la langue officielle, les deux archipels sont habités par le même peuple qui parlent le même dialecte polynésien. La capitale est Avarua dans l’île de Rarotonga. Partout, sur le littoral, les mêmes paysages de cartes postales ; les plages magnifiques de sables blanc parfois bordées de cocotiers. Ces mammifères marins sont des otaries. Ils se distinguent de leurs cousins les phoques par la possession d’oreilles externes avec pavillons. Leurs tailles peuvent atteindre 3,5 mètres. En Nouvelle Zélande, on les trouve partout. Sur les herbes hautes et grasses ou sur les cotes rocheuses. Ils tirent tous leur subsistance de la mer. Obligées de parcourir de grandes distances pour se nourrir, les otaries passent beaucoup de temps à dormir. Petite pause estivale au bord du « Mirror Lake » sur la route des Milford Sounds, qui bordent la côte sud est de l’île du sud. Cette route longe de nombreux lacs bordés de montagnes et de pics enneigés, et chaque pause donne lieu à un émerveillement sans faille face à la beauté de ces paysages. La route se termine par un tunnel qui descend à pic à plus de trente degrés pour rejoindre la côte. . . sensations garanties. . . Tombée de la nuit sur le port d’Auckland par une belle soirée d’hiver. A gauche, la Sky Tower, « la tour Eiffel Néo-Zélandaise ». . . Capitale économique de la Nouvelle Zélande, Auckland rassemble un tiers de la population avec ses 1.2 millions d’habitants. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, cette photo rassemble tous les immeubles d’Auckland. Ils ne servent qu’aux affaires et aux logements étudiants. En effet, Auckland est une ville étalée en surface avec surtout de petites maisons en bois. Mélange des couleurs par une belle journée d’hiver rappelant quelque peu le parc de Yellowstone au Etats-Unis. Bien que beaucoup plus petit le parc thermal de Waiotapu, situé dans le centre est de l’île du nord, offre des paysages magnifiques entre les lacs colorés, les cratères de boue bouillonnants et la verdure environnante. Le centre de la Nouvelle Zélande est situé sur une faille volcanique, et regorge donc d’activité géothermale en tout genre, faisant de Rotorua et Taupo deux villes réputées pour leurs sources chaudes. Depuis une prairie herbeuse et vallonnée, un petit aperçu du plus haut sommet de l’île du nord, le mont Ruapehu culminant à 2797 mètres. Avec sa cime enneigée, Cette montagne possède les deux principales stations de ski de la Nouvelle Zélande. Sous ses apparences calmes, le mont Rapehu est tout de même un volcan en activité dont la dernière éruption remonte à 1995. Séance photos par une belle journée d’hiver au « Whangarei Falls » dans le « Northland », partie la plus au nord de la Nouvelle Zélande, à environ 200 Kms d’Auckland sur la côte est. Du haut de ses 24 mètres cette magnifique chute d’eau peut être explorée sous toutes ses coutures grâce à un petit sentier qui en fait le tour et qui permet donc de se rendre « à ses pieds » et de piquer une petite tête pour les plus courageux. Petit aperçu du littoral de la « Hot water beach » proche de Hahei. Elle est située au nord de l’île du nord. La Péninsule du Coromandel est connue pour ses très belles plages de sable blanc et ses forêts tropicales. Intacte, la nature donne une idée de la beauté qu’offre la Nouvelle-Zélande. La péninsule de Coromandel, mélange de forêts denses, de côtes spectaculaires et de plages de sable blanc est très appréciée des citadins à la recherche de calme. Le paradis à deux heures de voiture d’Auckland. Petit aperçu des plages de la Golden Bay du parc Abel Tasman à la pointe nord ouest de l’île du sud. La particularité des plages qui longent cette côte est que le sable est plus ou moins orange, ce qui donne un effet assez particulier au paysage environnant, en particulier à la tombée de la nuit. Des randonnées de plusieurs jours permettent d’atteindre des plages inaccessibles en voiture, ce qui fait du parc Abel Tasman un des endroits les plus sauvages de la nouvelle Zélande. L’ancienne était au Pays-bas, la Nouvelle Zélande se situe aux confins du monde civilisé. Loin dans l’hémisphère sud à la fois aux portes de l’océan indien et du continent Antarctique, elle représente l’extrême limite du monde. Pays des extrêmes, île géante sentinelle du monde habité, la Nouvelle-Zélande s’impose à tous les voyageurs comme un résumé de notre planète. Tous les paysages sont représentés, volcans et neiges éternelles, plages paradisiaques aux sables jaunes ou blancs, citées modernes et gratte-ciels, prairies, plateaux, montagnes et jungles impénétrables. En février 2004, ces eaux limpides ont été pollué par une nappe d’hydrocarbure. Le nettoyage a été rapide et efficace. Pour la première fois le gouvernement de Nouvelle Zélande parla d’éco-terrorisme. Ce lieu est aussi connu sous le nom de Maori de Piopiotahi. Il est situé au sud-ouest de l’île du sud de la Nouvelle Zélande. Les merveilleux paysages de fjords composant les Milford Sound sont les plus visités de la Nouvelle Zélande. Dans ces eaux, il est possible d’observer du corail noir à de faible profondeur. Sur la route pour Napier sur la côte est de l’île du nord, petite vision des reliefs de la Nouvelle Zélande. C’est une des particularités qui fait de la Nouvelle Zélande un pays vraiment magnifique. En effet, il n’y a quasiment pas d’endroit plat sur les deux îles, on peut donc observer une multitude de reliefs verdoyants. C’est également pour cette raison que la Nouvelle Zélande se prête si bien à l’élevage extensif. Ici, les doux versants de cette cote dégagent paix et douceur. Les collines viennent mourir sur les rivages de l’océan et les plages sont herbeuses. Pause photo bien méritée pendant un trekking sur Rarotonga, île principale des « Cook Islands ». On peut se rendre compte ici de la végétation tropicale très dense qui recouvre les reliefs de l’île et qui freine donc la progression de toute personne s’aventurant dans la jungle. En effet, contrairement aux trekkings de Nouvelle Zélande qui sont très biens aménagés, les sentiers de Rarotonga sont à peine visibles car très peu empruntés puisque les touristes viennent principalement pour les plages de sable blanc. Le Tongariro National Park est leplus ancien parc national de Nouvelle Zélande. Classé au Patrimoine Mondial par l’UNESCO, il contient l’un des massifs volcaniques les plus denses et actifs du monde. Tongariro Crossing c’est en fait le nom d’une marche traversant cette région volcanique du centre de l’Ile du Nord. Longue de 17 kilomètres, la randonnée traverse un décors volcanique pour finir dans une forêt tropicale. Le parc contient plusieurs volcans. Central Crater, le plus vaste des cratères du volcan Tongariro, le Mont Tongariro (1967m), le Mt Ngauruhoe (2291m) et le Red Crater du Mt Ruapehu (2797m). En février 2004, ces eaux limpides ont été pollué par une nappe d’hydrocarbure. Le nettoyage a été rapide et efficace. Pour la première fois le gouvernement de Nouvelle Zélande parla d’éco-terrorisme. Ce lieu est aussi connu sous le nom de Maori de Piopiotahi. Il est situé au sud-ouest de l’île du sud de la Nouvelle Zélande. Les merveilleux paysages de fjords composant les Milford Sound sont les plus visités de la Nouvelle Zélande. Dans ces eaux, il est possible d’observer du corail noir à de faible profondeur. Peu spectaculaires mais impressionnants par le nombre, le mouton de Nouvelle-Zélande est le véritable maître des campagnes. En Nouvelle-Zélande, le mouton a été élevé extensivement depuis la découverte du pays. Les colons ont introduits toutes les races européennes. Mais comme la rentabilité l’exige, le mouton est de plus en plus remplacé par la vache, le lait et la viande de bovidé étant mieux cotée à l’exportation. D’ailleurs, aujourd’hui, la population d’ovins est en nette régression. Un superbe exemple de l’art tribal du peuple Maori. Les Maoris occupent la partie polynésienne appartenant à la Nouvelle Zélande, en pleine Océanie. Voisine de Tahiti, ces îles sont peuplées de quelques 250000 personnes. Leur art ancestral s’exprime souvent au travers de totem ou de piliers gravés. Cet artisanat, d’une grande qualité esthétique, peut être d’origine usuelle et parfois d’origine rituelle. Cet exemple représente un sexe masculin en érection. Petite pause estivale au bord du « Mirror Lake » sur la route des Milford Sounds, qui bordent la côte sud est de l’île du sud. Cette route longe de nombreux lacs bordés de montagnes et de pics enneigés, et chaque pause donne lieu à un émerveillement sans faille face à la beauté de ces paysages. La route se termine par un tunnel qui descend à pic à plus de trente degrés pour rejoindre la côte. . . sensations garanties. . . Mélange des couleurs par une belle journée d’hiver rappelant quelque peu le parc de Yellowstone au Etats-Unis. Bien que beaucoup plus petit le parc thermal de Waiotapu, situé dans le centre-est de l’île du nord, offre des paysages magnifiques entre les lacs colorés, les cratères de boue bouillonnants et la verdure environnante. Le centre de la Nouvelle Zélande est situé sur une faille volcanique, et regorge donc d’activité géothermale en tout genre, faisant de Rotorua et Taupo deux villes réputées pour leurs sources chaudes. Les paysages montagneux de Nouvelle Zélande ressemblent à ceux de tous les pays du globe. En Océanie, en Europe ou en Amérique du nord les versants enneigés sont les mêmes. Ce paysage de hauts pâturages pourrait se situer dans les Alpes, dans les Montagnes rocheuses ou dans la Cordillère des Andes. L’île STEWART se situe à la pointe sud de la Nouvelle Zélande. Elle est restée très sauvage car le gouvernement la préserve de toutes intrusions parasitaires de l’extérieur qui mettraient en péril l’écosystème autonome de l’île, telles que les espèces de mammifères parasites ( rats, chats… ). Sur cette île, il est possible de voir des kiwis et d’autres espèces d’oiseaux malheureusement déjà éteintes sur la grande île. Un grand treck de dix jours permet de faire le tour de l’île entre forêts primitives et plages désertes de rêves. Hors saison touristique, l’île est principalement peuplée de pêcheurs. Leurs petites maisons de pêcheurs nichées aux creux de petites criques aux eaux calmes sont un havre de paix et de calme. Peut être les cotes de l’île de Waiheke. Je ne me souviens plus de l’endroit de la prise de vues. L’île bénéficie, paraît-il, d’un microclimat. La température est toujours beaucoup plus élevée à Waiheke que l’ordinaire de Auckland. Dans cette région la douceur du climat est telle qu’on y cultive les vignes et les oliviers. Les points communs sont nombreux avec le Sud de la France. A proximité de Tekapo, les eaux du lac Wanaka sont turquoises. Cette couleur étonnante est due à de fines particules de roches en suspension dans l’eau qui proviennent de l’action des glaciers. Sur les berges du lac, est construite une chapelle en pierres. Non loin de là, une statue rend hommage au travail et à l’aide d’un chien de berger. Les spécificités de la circulation routière en Nouvelle Zélande ont conduits a créer de nouveaux panneaux de signalisation routière. Le bestiaire des animaux sauvages étant très étendus, de nombreux panneaux existent pour prévenir les accidents de la route. Parmi les plus étonnants, on trouve la signalisation concernant les kiwis et les pingouins. Il est vrai que ces animaux sont particulièrement vulnérables.